L'Institut de formations paramédicales

Projet pédagogique

Une formation professionnelle centrée sur l'apprenant

Le projet pédagogique de l’IFPM est le fruit d’une réflexion collégiale des équipes pédagogiques et s’inscrit dans les axes du projet de soins et de la politique de soins du CHR d’Orléans.

Cette politique de soins vise à offrir aux usagers des soins de qualité centrés sur les besoins spécifiques des consultants, des patients et des résidents avec leur environnement et une prise en charge complémentaire et coordonnée des spécificités. Elle repose sur une philosophie de soins basée sur des valeurs professionnelles et sur la compétence des professionnels.

La formation professionnelle continue constitue un levier majeur pour le maintien et l’évolution des compétences tant dans le domaine des pratiques de soins que dans la gestion des unités cliniques et des projets professionnels des agents.

Centré sur l’apprenant engagé dans un processus de réussite en formation mais également dans son futur exercice professionnel, le projet pédagogique décline l’organisation des études au regard des référentiels de formation et donne les orientations pédagogiques de nos instituts. Il est régulièrement actualisé afin de répondre aux changements de la réglementation, de l’organisation du système de santé.

L’équipe pédagogique adapte les stratégies pédagogiques en regard du profil des nouveaux professionnels qui intègrent le marché de l’emploi pour répondre à la demande des employeurs.

Un parcours professionnalisant
L"accompagnement des apprenants Les formations proposées à l’IFPM veillent à professionnaliser le parcours des apprenants. Accompagnés et guidés par les équipes pédagogiques, techniques et administratives, les apprenants construisent progressivement les compétences nécessaires à l’exercice de leur futur métier. L’apprenant au cours de sa formation cheminera vers la professionnal

isation en étant en capacité d’analyser les situations de soin, de prendre les décisions dans les limites de ses compétences et responsabilités tout en travaillant parfois seul mais le plus souvent en équipe pluri-professionnelle.

La philosophie générale de ce projet ancre ses valeurs dans le prendre soin.

Les formations proposées à l’IFPM, sont centrées sur l’apprenant et ses apprentissages. Les équipes pédagogiques favorisent le développement de ses compétences en l’accompagnant dans l’élaboration de son projet professionnel, toujours avec bienveillance et dignité.

L’APPRENANT
L’apprenant est une personne riche de son histoire de vie, de son éducation, de sa culture, parfois d’une expérience professionnelle. En choisissant d’entrer dans une dynamique de formation dans le but d’apprendre un métier, elle devient actrice de sa formation en utilisant ses ressources et celles mises à sa disposition par les professionnels. Ainsi, elle pourra cheminer de la représentation du métier au métier lui-même et construire son projet professionnel. L’apprenant accepte de s’inscrire dans un cadre prédéfini et réglementaire. Table anatomique
LES COURANTS PÉDAGOGIQUES

Différents grands courants guident l’équipe pédagogique dans la conduite de ce projet :

Le socio-constructivisme

L’apprentissage se fait dans l’action. Les uns apprennent des autres. Il  existe une interaction sociale constructive entre les apprenants du fait de la confrontation entre les conceptions divergentes. En étant confrontés à des points de vue divergents au sein du groupe, l’apprenant prend ainsi conscience de sa propre pensée par rapport à celle des autres. Il est alors amené à reconsidérer, en même temps, ses propres représentations et celles des autres pour reconstruire un nouveau savoir. L’apprenant doit être actif, il doit penser par lui-même, expérimenter, découvrir, apprendre en faisant.

L’expérimentation et l’analyse de situations d’apprentissage complexes permettent la professionnalisation de l’apprenant. Par exemple, il est mis en oeuvre lors des suivis pédagogiques et lors des séances collectives des travaux de recherche collectifs, des Analyses de Pratiques Professionnelles et des ateliers cliniques.

L’alternance intégrative, expériences et socio cognitivisme

Ce concept repose sur la relation entre savoirs et compétences et sur la réflexion que mène l’apprenant sur son savoir dans l’action. Les situations de travail participent au processus d’apprentissage des apprenants. Les liens entre lieux de formation sont assurés par l’utilisation des expériences mutuelles dans l’un et l’autre des lieux.

La relation entre savoirs et compétences se joue dans l’investissement de l’apprenant et de son savoir dans l’action, ainsi que dans sa capacité à développer une démarche réflexive sur l’action.

L’expérience est une composante essentielle du développement des compétences. Elle s’inscrit dans une dynamique perpétuelle où l’apprenant développe puis consolide ses compétences dans l’action.

L’apprentissage est en effet basé sur l’expérience. Il s’agit de mettre en oeuvre les savoirs en situation dans un contexte de soin : savoir agir = compétence. L’acte pédagogique se définit comme l’espace entre trois sommets d’un triangle : l’enseignant, l’étudiant, le savoir.


Tout au long de leur formation, les formateurs accompagnent les apprenants vers la construction de leur identité professionnelles.

LA FORMATION

C’est un processus qui vise, par le biais d’un enseignement théorique, clinique et pratique, à amener un individu ou un groupe d’individus à l’acquisition de compétences dans le domaine du savoir être, savoir-faire et savoir agir, dans un champ professionnel déterminé (métier).

Ce processus s’intègre dans un cadre réglementaire et législatif des différents programmes de formation. La formation se base sur une relation pédagogique entre le formateur et l’apprenant.

LE FORMATEUR

Professionnel de Santé responsable de la mise en oeuvre du dispositif de formation, ll est garant de :

  • La qualité de la formation dispensée dans les domaines du savoir, du savoir être, du savoir agir, savoir-faire
  • La transmission des valeurs qui caractérisent la profession
  • L’accompagnement des apprenants dans leur processus de formation et leur cheminement vers la professionnalisation

« Le formateur est un éveilleur aux choses de la vie, il est aussi un révélateur de la beauté des soins infirmiers. Eveiller et révéler, voilà les deux mots qui caractérisent à mes yeux la mission du formateur. » W. Hesbeen

La relation pédagogique

Relation professionnelle basée sur la confiance, elle est le lien entre l’apprenant et le formateur en se centrant sur l’apprentissage et le projet professionnel. Elle favorise l’enrichissement réciproque. C’est un contrat entre le formateur et l’étudiant, une mise en accord sur ce que chacun attend l’un de l’autre, un engagement partagé vers la professionnalisation.

La relation pédagogique est la base de l’accompagnement de l’apprenant au cours de sa formation en alternance. Elle s’enrichit par une collaboration entre professionnels de terrain, formateurs et apprenants.

« La relation pédagogique assure une fonction de médiation indispensable entre les processus éducatifs qui tendent à développer les possibilités du sujet et les processus d’apprentissage qui visent l’acquisition des compétences.» Jean-Paul Resweber

Une formation en alternance

L’alternance, au sein des formations paramédicales, permet de mettre en interaction, de conjuguer et d’articuler théorie et pratique sur les deux lieux de formation que sont l’institut et les stages. Elle suppose de l’établissement des relations de coopération entre les équipes pédagogiques et les équipes tutorales. L’alternance est au service de la construction des compétences professionnelles.

Cette structure permet des interactions entre savoirs théoriques et savoirs pratiques, que l’apprenant s’approprie, construit et transforme en compétences professionnelles. Elle implique une confrontation de la théorie et de la pratique, ainsi qu’une posture réflexive. Elle prend en compte le vécu de l’apprenant. L’alternance permet à l’apprenant à la fois de vivre ses propres expériences et de mettre à distance sa pratique. Véritable moyen d’apprentissage, l’alternance offre la possibilité à l’apprenant d’être au centre de sa formation.

La compétence

La compétence est un processus continu qui se base sur un engagement professionnel. C’est un ensemble de connaissances générales, de savoir-faire opérationnels, et de comportements professionnels structurés, mobilisés et utilisables en fonction des activités à réaliser dans des situations de travail actuelles et futures. La compétence est inséparable de l’action et elle ne peut être réellement appréhendée qu’au travers de l’activité par laquelle elle s’exprime et dont elle permet la réalisation.
La compétence est toujours sujette à apprentissage. Elle est évaluable, progressive à travers des degrés de maîtrise et reconnue à travers soit un diplôme ou un parcours de formation qualifiante soit la validation des acquis de l’expérience.

 « La compétence est la mobilisation ou l’activation de plusieurs savoirs, dans une situation et un contexte donnés » Guy LE BOTERF

La professionnalisation

La construction progressive des compétences nécessaires aux métiers de la santé repose sur la combinaison de différents savoirs. L’équipe pédagogique met en oeuvre un dispositif de formation dans une logique réflexive, basée sur une approche socioconstructiviste. L’équipe s’appuie sur des méthodes pédagogiques dites « actives » facilitant l’acquisition des compétences des apprenants.

Les formateurs permettront aux apprenants de viser la professionnalisation par la remobilisation des connaissances théoriques abordées lors de leur cursus de formation.

La finalité des formations proposées est de devenir un professionnel compétent, autonome, réflexif, responsable et adaptable. Pour cela, l’apprenant doit acquérir des compétences définies par son référentiel métier.

La professionnalisation se construit grâce à un parcours personnalisé, en tenant compte du parcours de vie, des expériences personnelles et professionnelles antérieures. Il s’élabore par l’alternance entre les apprentissages théoriques et pratiques à l’institut et en stage.

L’équipe pédagogique de l’IFPM d’Orléans travaille autour d’un modèle décrit par Richard WITTORSKI, Docteur en sciences de l’éducation, spécialisé dans le rapport travail /formation et professionnalisation. (R. WITTORSKI, « Professionnalisation et développement professionnel », 2007, Edition L’Harmattan)

Il décline 5 formes d’organisation qui selon lui conduisent à la professionnalisation :

« Développement du travail collectif et de la polyvalence ».

L’équipe pédagogique proposera des stratégies où les apprenants devront s’approprier des connaissances professionnelles à partir de travaux réalisés en groupes restreints. Cette méthode pédagogique permet d’identifier les ressources internes et externes. Ils doivent adapter leurs modes de communication, négocier, partager et s’organiser afin de favoriser la conduite de projet.

« L’action sur les processus de travail »

C’est une attention particulière centrée sur la qualité des résultats et la responsabilisation des personnes qui interviennent. Cette organisation permet « la flexibilité », « le réajustement » en temps réel afin de générer un résultat attendu.

L’équipe pédagogique proposera aux apprenants de réaliser des auto-évaluations et de participer à des temps d’analyse de pratiques et/ou de situations.

« Le développement des organisations par projet : l’innovation collective »

L’équipe pédagogique proposera aux apprenants de développer leur créativité et l’approfondissement professionnel au travers de différents thèmes en lien avec leur future profession.

Cette forme se décline à travers la réalisation de démarche de santé publique, de recherches complémentaires sur des techniques innovantes et/ou alternatives.

«Les groupes participatifs »

Ils permettent des moments de réflexions collectives et interactives pour comprendre et améliorer les pratiques.

Cette dynamique est impulsée par la mise en oeuvre de stratégies autour des analyses de pratiques, des différents travaux de recherche, de la simulation en santé et de partages collectifs. Ces méthodes permettent la distanciation critique et rend acteur l’apprenant dans la construction de son identité professionnelle.

« Le travail comme acte de production et acte de formation favorise une organisation qualifiante »

Les formations sont construites sur le principe de l’alternance. L’équipe pédagogique travaille sur ce schéma de formation en privilégiant ce va et vient entre une approche par la théorie (connaissances) et une approche par la pratique (savoir agir).

Cette approche favorisera chez l’apprenant la réflexion, l’autonomie, la compétence et le guidera dans la construction de sa nouvelle identité professionnelle. Ce dispositif mis en place par l’équipe pédagogique permet de ce fait, de développer la réflexivité, la distanciation critique de sa pratique, faire évoluer ses représentations ainsi que sa façon de collaborer en équipe. Il permet de développer les compétences de l’apprenant.

La professionnalisation des apprenants passe par la mobilisation d’autres concepts incontournables que sont :

La motivation

Elle représente tout ce qui poussera l’apprenant à agir. Elle sera à la fois extrinsèque et intrasèque. Tout le savoir-faire pédagogique est de transformer une pratique par essence extrinsèque (obligatoire) en une pratique intrinsèque (pour favoriser l’envie d’apprendre en dehors de la présence du formateur)

Le travail

Le travail à l’IFPM est une activité nécessitant un effort et une implication de chacun : construire, progresser ensemble, avec un esprit d’équipe, dans un but commun afin d’optimiser la qualité de la prise en soins de la personne. Le travail est à la fois individuel et collectif. Il favorise l’émulation et non la compétition. Il doit permettre d’atteindre la satisfaction et la reconnaissance.

La coopération

Il s’agit de travailler ensemble, à une oeuvre commune. La coopération implique dépendance et solidarité vis-à-vis d’un groupe. La coopération est donc le fait, pour une personne, de s’adonner consciemment à une activité complémentaire de celle d’autres personnes dans le but d’atteindre un objectif commun.

L’autonomie

Elle est la faculté de se déterminer par soi-même, de choisir, d’agir librement en tenant compte de son environnement. C’est la capacité à faire des choix, à gérer les contraintes et à mobiliser ses ressources. L’apprenant développe son autonomie en se référant à ses valeurs personnelles, à son esprit d’analyse et à sa motivation. L’objectif de l’équipe pédagogique est de former des professionnels de santé autonomes en les accompagnant à construire leur identité et leurs valeurs professionnelles. L’autonomie permet à l’apprenant de développer des capacités d’adaptation dans des situations professionnelles complexes en mobilisant les différents savoirs.

L’autonomie se construit,  c’est le résultat d’un processus d’évolution

 Etre autonome, c’est être capable d’agir et d’interagir avec les autres dans le cadre de règles, lois et valeurs professionnelles. L’autonomie permet la mise en action de son apprentissage ainsi que le développement de ses capacités d’analyse critique, d’autoévaluation et de réajustement.

L’adaptabilité

Aptitude à évoluer à partir d’une situation, positive ou négative. Les formateurs assurent une veille professionnelle et suivent les évolutions technologiques, structurelles, sociétales pour offrir aux apprenants une formation sans cesse renouvelée et en adéquation avec les pratiques professionnelles et déontologiques. Au travers de la formation tant théorique que pratique ou clinique, l’apprenant est amené à rencontrer des situations professionnelles variées, de plus en plus complexes au fil de son apprentissage. Il va peu à peu développer des capacités d’adaptation qui lui permettront d’appréhender l’univers soignant, en perpétuelle mutation.

La réflexivité

La pratique réflexive consiste à apprendre à partir des expériences vécues par la distanciation critique de sa pratique. Le dispositif mis en place par l’équipe pédagogique permet à l’apprenant de développer sa posture réflexive, d’apprendre de ses expériences en critiquant sa pratique et sa façon de collaborer en équipe. Michel RAMOS définit la réflexivité comme la « capacité à analyser ses propres pratiques professionnelles afin de les transformer ». Celle-ci est indispensable à l’apprenant afin d’acquérir de nouvelles connaissances qui lui permettent de développer son autonomie professionnelle, une composante essentielle de la compétence professionnelle : analyses de pratique professionnelle individuelle et/ou collective, analyses de situations professionnelles, simulation en santé… L’apprenant acquiert des méthodes d’analyse lui permettant l’autoévaluation et le réajustement dans le cadre de sa pratique professionnelle. Il prend conscience de sa manière d’agir ou de réagir dans les situations professionnelles ou de formation.

L’identité

L’identité est la reconnaissance de ce que l’on est, par soi-même ou par les autres. C’est un système de valeurs dans lequel le professionnel va se reconnaître et dans lequel il sera reconnu par autrui.

L’identité possède 2 formes :

  • Individuelle, ensemble de traits considérés comme les éléments de sa propre personnalité
  • Professionnelle, elle se construit dès le début de la formation au travers des rencontres, des expériences de stages et de l’analyse du vécu professionnel
Les formations proposées à l’IFPM s’appuient sur des valeurs partagées par tous, apprenants, formateurs et personnel administratif.

Chacun porte en lui-même des valeurs mais au travers de la formation, de la déontologie professionnelle, l’apprenant va en développer de nouvelles qui constitueront le socle de son identité professionnelle. Il sera ainsi à même de faire vivre ces valeurs dans son exercice professionnel.


Le respect

Il consiste à traiter une personne avec égards et considération quelles que soient son origine, son âge, son statut et les différences qu’elle porte en elle.
Au sein de l’IFPM, le respect est la base de la relation que ce soit entre professionnels, avec le public ou avec/entre les apprenants. Le respect permet de développer une relation de confiance, de reconnaitre l’Autre dans son individualité ; il favorise l’expression de chacun.
Cela suppose de prendre en considération la dignité de la personne humaine, c’est-à-dire sa valeur intrinsèque en qualité d’Etre Humain. Le respect de la dignité est une des bases des métiers du soin.


L’équité

L’équité, ou l’attribution à chacun de ce qui lui est dû selon un principe de justice naturelle ou morale (Le dictionnaire Larousse) est ancrée à l’IFPM. En proposant aux apprenants des conditions d’apprentissage similaires mais un accompagnement personnalisé au regard de leurs besoins, l’équipe de formateurs permet à chacun de s’approprier les compétences nécessaires à son futur exercice professionnel.


La bienveillance

La bienveillance se manifeste par une disposition favorable à l’égard de tous, professionnels, apprenants mais aussi usagers du système de santé. Cette valeur sous-entend la notion de solidarité, de responsabilité, de cohésion d’équipe. Elle garantit un climat propice aux apprentissages, à l’émergence de l’autonomie et au-delà à une prise en soin de qualité.
La bienveillance s’exprime par une attitude, un comportement dirigé vers l’autre, une disposition favorable qui veille au bien d’autrui de manière désintéressée et compréhensive. Cette attitude se traduit par une écoute active, de la tolérance, de l’empathie et une réelle considération de la personne.
L’accompagnement bienveillant, sans complaisance ni jugement, contribue au développement de la relation de confiance.
Dans les apprentissages, bienveillance et bientraitance, permettent aux apprenants de renforcer l’estime de soi et la construction de l’identité professionnelle.
Un contexte d’apprentissage bienveillant favorise le développement des compétences, de l’autonomie et inscrit l’apprenant dans un processus de professionnalisation.


L’engagement

L’engagement consiste à se dépasser ; il se traduit par une énergie, un enthousiasme, une immersion dans l’activité, le tout mis au service de l’apprentissage et des patients. La motivation est le moteur de l’engagement et permet, tant aux professionnels de l’IFPM qu’aux apprenants, de s’impliquer dans la formation, dans la vie institutionnelle. Il est de la responsabilité de l’institut et des formateurs d’offrir des conditions optimales d’apprentissage afin d’encourager l’engagement de l’apprenant. Il est de sa responsabilité de développer ses compétences afin de devenir un professionnel réflexif, autonome, en capacité de prendre des décisions éclairées et d’être porteur des valeurs professionnelles.


La responsabilité

La responsabilité est l’obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu’elle doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences.

La responsabilité du formateur

Au regard des différents référentiels de formation, le formateur a une obligation de moyens en mettant à disposition les conditions optimales à l’apprentissage de l’apprenant. Le formateur vise l’acquisition des compétences chez l’apprenant lui permettant la professionnalisation.

La responsabilité de l’apprenant

C’est l’engagement moral que prend l’apprenant en intégrant librement une formation professionnelle diplômante.


La rigueur professionnelle

C’est la valeur de référence de la profession soignante : f aire preuve de rigueur dans ses actions en
mobilisant efficacement ses connaissances théoriques dans l’action soignante. C’est être capable de
remettre en question ses acquis et d’approfondir ses connaissances.


L’appartenance

Les sentiments d’appartenance(s) constituent l’un des aspects (collectifs) de l’identité et donc du sentiment de Soi. « Le Je dans le Nous ». Le souhait d’entrer dans un nouveau groupe conduit à l’idée qu’il va peut-être falloir modifier quelque chose dans sa manière d’être, d’agir et de penser. (M. FORMARIER et L. JOVIC, ARSI, Les concepts en sciences infirmières, 2ème édition)

Les formations professionnelles de l’IFPM d’Orléans se veulent centrées sur l’apprenant. Les équipes tendent ainsi à construire pour chacun d’entre eux un parcours individualisé :

L’alliance pédagogique

L’alliance pédagogique est un contrat de confiance entre le formateur, les collaborateurs en pédagogie et l’apprenant basée sur l’adhésion au processus de formation par ce dernier. Cela nécessite un engagement de la part des pédagogues à se conformer au contenu des référentiels de formation. Cette alliance favorise la construction de l’identité professionnelle.

Des suivis pédagogiques

Des suivis pédagogiques individuels et collectifs sont proposés et organisés pour tous les apprenants de l’IFPM, toutes filières confondues. Une planification de ces temps de suivis est effectuée sur une année scolaire afin de garantir une programmation régulière et une équité dans les temps d’accompagnement pour tous les apprenants.


Des analyses de pratique

Pour Patrick ROBO, l’analyse de pratique est un outil de travail qui permet d’« ANALYSER (à présent) pour COMPRENDRE (du passé) afin de DISCERNER pour DECIDER puis AGIR (dans l’à-venir) », et qui vise la professionnalisation par la construction des compétences. La personne qui décrit la situation est en jeu dans la situation vécue (acteur) (P. ROBO, « Savoir analyser sa pratique professionnelle… » juin 2006, http://probo.free.fr)

Des enseignements cliniques

Les cours magistraux sont prodigués par des universitaires, des professionnels toujours en activité dans les services, des formateurs. Les apprenants mènent des recherches personnelles orientées qui sont régulées par les formateurs, les universitaires, les professionnels.

Des parcours de stage

Les stages dans différents secteurs d’activités de soins généraux ou de soins en psychiatrie permettent aux apprenants de développer leurs acquisitions et d’acquérir des compétences. Le suivi du parcours patient en fonction du lieu de stage (de l’entrée jusqu’au devenir) favorise ces acquisitions et la compréhension de la prise en soins du patient en équipe pluridisciplinaire. Des visites de stage sont proposées au moins une fois par année pour les apprenants à la demande ou des mises en situation professionnelles sont programmées. En amont des stages, une préparation est réalisée avec la présentation d’objectifs institutionnels (lien entre l’institut et les professionnels de terrain). Au retour de stage, des exploitations sont organisées pour une mise à distance des vécus expérientiels en groupe de 30 ou 40 apprenants puis en petit groupe lors d’un suivi pédagogique collectif.

Le dispositif d’évaluation

Evaluer c’est situer un acte, une activité, une production, une habileté, un processus …par rapport à une référence. Dans le contexte d’un référentiel de formation professionnelle en alternance, l’évaluation est un outil de recueil d’informations à un moment donné en vue de prendre une décision. Elle demande de concilier des exigences en apparence contradictoires : celles de l’apprenant, celles réglementaires et celles des formateurs. L’évaluation permet de mesurer le degré d’acquisition des connaissances et des compétences ainsi que la progression de l’apprenant engagé dans un processus de professionnalisation. La démarche d’évaluation implique de communiquer à l’évalué ce qu’on attend de lui, en instaurant une relation de confiance et une interaction entre lui et l’évaluateur. L’évaluation s’intègre complètement au dispositif de formation comme facteur de progression et de réussite.

 

Nos suggestions